20 janvier 2012

Après 4 ans passé en gériatrie, beaucoup de choses pourraient être dites. Je vais essayer de faire un petit résumé des choses qui m’ont marquées…

Les patients :  Pendant ces 4 ans j’ai pu rencontrer de nombreuses personnes âgées. Toutes différentes les unes des autres. Des patients âgés, parfois survivant à leur conjoint ou toujours accompagnés, avec des enfants ou non. Des patients qui ont fait le choix de venir en long séjour mais bien evidemment la plupart d’entre eux ne l’ont pas décidés. Des patients ayant gardés toutes leurs capacités intellectuelles et leurs cohérences et puis d’autres complètement désorientés, confus. Des patients atteints de pathologies graves s’ajoutant à leur grand âge.  Des patients avec chacun leur histoire, histoire de vie parfois difficile.  Des patients en grande majorité dependant, dependance pouvant être totale. Des patients chacun unique avec une vie à raconter ou à se rappeler, avec un caractère unique. Chaque patient est différent et la relation elle aussi est différente. Pendant ces années il y a eu des rencontres marquantes avec ces patients, des centenaires, des patients drôles, des patients touchants, des patients agressifs, des patients angoissés, des patients taquins….beaucoup de visages défilent dans ma tête, et provoque chacun une émotion particulière. Il y a ces patients que j’ai aimé particulierement rencontrer et prendre en charge, ce sont ces patients qui m’ont fait rire, ces patients qui se sont confiés à moi, ces patients qui m’aimaient bien, ces patients aussi exigeant mais reconnaissant, ces patients riche de savoir, ces patients affectueux….Et puis il y a aussi ces patients moins facile à prendre en charge, ces patients agressifs, ces patients douloureux, ces patients exigeants, ces patients colériques, ces patients en fin de vie, ces patients avec des troubles du comportement, ces patients angoissés…. Ils m’ont tous apportés quelque chose, ils m’ont tous fait évoluer, et souvent ils m’ont rendu beaucoup plus que ce que je leurs avaient apportés. Merci à eux.

Les familles :P endant ces 4 ans j’ai pu rencontrer de nombreuses familles. Toutes différentes les unes des autres. Des familles avec leur histoire de vie particulière et avec des liens particuliers avec le patient. Il y a ces familles absentes, que l’on a jamais vues ou que l’on voit très très peu. Mais en aucun cas on ne peut les juger. Ces familles à distance que l’on a au téléphone. Il y a ces familles qui viennent régulièrement, qui se font plutôt discrètes. Et puis il y a ces familles qui sont très présentes et qui viennent tous les jours ou tous les deux jours. Ces dernières que l’ont finis par bien connaitre, qui font partie intégrante de la vie du service, un peu comme une grande famille. La relation avec la famille n’est pas toujours simple. Au début il y a souvent une crainte alors il faut qu’un lien de confiance soit établit, les familles peuvent être méfiantes, elles peuvent culpabiliser beaucoup. Ensuite les relations entre les soignants et les familles vont évoluer. Il y a des familles qui peuvent être très exigeantes, parfois même procédurière. Ce sont des familles qui vont être très insistantes, qui vont déceler la moindre chose qui ne va pas, qui vont se mettre en colère pour tout et parfois n’importe quoi. Elles vont pouvoir être agressive même dans leurs propos. Elles vont parfois faire craquer les soignants et leur rendre leur travail difficile. Et puis il y a ces familles qui sont presque protectrices avec l’équipe, ces familles qui prennent soin des soignants, qui sont reconnaissants du travail efectués, ces familles qui participent au bon déroulement de l’hospitalisation de leur proche. Ces familles avec qui ont a plaisir de travailler. Voilà toutes ces familles m’ont permis d’apprendre beaucoup de choses, et de grandir. Merci à elle, pour leur soutien, leur encouragement, leur remerciement, leur sourire, leur collaboration, leur présence.

L’ équipe : l’équipe en gériatrie. Je pense qu’elle est très différente des autres services de l’hôpital. Il y a une ambiance plutôt familiale. Il faut réussir à trouver sa place et ce n’est pas forcément facile. D’autant plus en gériatrie car l’infirmière est souvent toute seule. Elle doit savoir dire à l’équipe aide soignante quand des choses ne vont pas bien mais savoir le dire en gardant leur confiance. L’infirmière est sollicitée par le cadre, le médecin, les familles, les aides soignantes, les intervenants…J’ai aimé travailler avec mon équipe même si elle a beaucoup bougé en 4 ans. J’ai rencontré des gens interessant. Il y a cependant parfois des conflits qui peuvent faire dérailler toute une équipe, des conflits interpersonnels ou généralisés..J’ai pu remarquer que l’équipe dans les moments difficiles étaient capable de se souder enormément. Mon équipe m’a permis d’apprendre beaucoup de choses, et de me faire évoluer, de devenir une meilleure professionnelle. Un grand merci à eux, et beaucoup d’entre eux me manqueront beaucoup.

Les moments difficiles: il y a eu des moments difficiles pendant ces 4 ans. Je pense à mon premier matin seule après seulement deux ou trois jours d’encadrements, ce premier matin où j’ai du gérer un décès. Je pense à ces moments difficiles en fin de vie d’un patient où la souffrance physique ou psychologique ne peut pas toujours être soulagée. Il y a aussi ces patients ou ces familles qui sont très difficiles à prendre en charge parfois. Je pense à ce jour où l’on a déménagé tout notre service définitivement pour un autre batiment, avec le transfert de tous les patients. Je pense à ces nombreux jours où l’on a pas eu de cadre de santé et où il a fallu gérer beaucoup de choses. Je pense à ces gros changements d’organisations que l’on a du appliquer et qui nous étaient imposés et notamment suite à des remaniements de service. Je pense à ces gros conflits d’équipe qui étaient causés par une personne complètement non professionnelle, insupportable, ces conflits qu’elle a installée par son caractère totalment déplacé, conflits qui ont trainé car plusieurs cadres n’ont pas su être objectifs face à la situation et n’ont pas entendu les alertes d’une équipe entière. Je pense à ces moments où la tristesse des familles, leur désarroi face à la perte de leur proche a pu m’atteindre et où ma propre tristesse a pu être difficile à retenir. Je pense à ces situations d’urgence qu’il faut savoir gérer vite et bien. Je pense à ces mouvements de personnel important notamment infirmier en quelques semaines et moi me retrouvant la plus ancienne du service. Je pense aussi à la prise en charge de cette famille qui s’est pas très bien passée suite au décès de leur maman, cette famille qui est partie comme ca sans rien dire à personne alors que j’avais tout fait pour les aider au mieux. Voilà des moments difficiles mais dans chacun de ces moments on peut retenir du positif…

Les moments joyeux : il y a eu pendant ces 4 ans de très bons moments. Les moments de fête surtout, les repas de noël, les anniversaires où la bonne humeur est présente, où de nombreuses émotions positives sont palpables. Les moments de rigolades avec les patients. Les moments de rire avec les collègues. Les quelques batailles d’eau…la fois où j’ai eu la joie de me retrouver dans la baignoire remplie d’eau…voilà ca se résume en peu de ligne parce qu’on ne peut pas décrire ces moments là il faut les vivre ou s’en souvenir…et puis évidemment chaque détail peut enrichir un instant, un sourire, un compliment, un regard…je rajouterais aussi ces petits mots de remerciements que l’on peut recevoir après un accompagnement.

Voilà j’aurais encore beaucoup de choses à dire sur ces années passées, mais c’est très difficle de sélectionner et surtout de relater. J’ai adoré ce travail, les responsabilités, les urgences, les accompagnements, les familles, mes collègues, les patients, les émotions ressenties, le partage avec les patients, mes questionnements sur la vie, la personne, la fin de vie et l’après…et pleins de choses encore.

Je ne regretterais pas cette expérience, je l’ai choisis, aimé et sans doute regretté aussi de la terminer. J’ai du mal à terminer cet article car je le trouve mal écris et très incomplet. Je sais qu’écrire sur ce service est un peu une manière pour moi de ne pas oublier ce que j’y ai vécu et terminer cet article c’est un peu tourner cette page. Mais voilà je sais aussi que je n’oublierai rien….

Il est temps pour moi d’aprendre d’autres choses et notamment en hémodialyse, de donner de moi et de vivre de belles histoires professionnelles mais toujours humaines…

 

 

20 janvier 2012

Il vient de se passer une semaine, une semaine qui est passée vite mais qui a quand même été un peu longue. Ma première semaine en hémodialyse…je reparlerai de cette semaine mais avant il me semble important de faire une sorte de bilan de mon expérience de 4 ans en gériatrie…

16 janvier 2012

Et bien voilà la page gériatrie est tournée et une nouvelle page blanche est là.  Celle de l’hémodialyse. J’ai débuté aujourd’hui.

Beaucoup de changements, de nouveautés, de questionnements….mais j’y reviendrais très prochainement….

1 janvier 2012

Et voilà, j’ai terminé hier le 31 décembre à la fois l’année 2011 comme tout le monde mais aussi mes quatre années passées en gériatrie.

Vendredi j’ai organisé un petit pot de départ pour mes collègues. Ca a été un moment sympathique où on a pu boire et manger et discuter. J’ai recu quelques cadeaux qui m’ont enormément touchés et aussi d’ailleurs les jours précedents de certaines familles. Et puis une petite carte avec pleins de mots gentils..

Hier étant du soir j’ai travaillé comme un après midi classique. Mais je crois avec beaucoup plus d’intensité, profitant de chaque moment, regardant chaque patient pour la dernière fois.. Dire au revoir n’est pas facile, certains patients ont versé des larmes. Et mo j’ai été énormément touchée par toutes les gentillesses recues, les compliments…

16 décembre 2011

Et voilà le départ bientôt !

J’ai rencontré jeudi ma remplacante. Une jeune diplômée, comme moi il y a 4 ans. Elle arrive dans le service lundi, je l’encadre toute la semaine. Je termine vedredi. Après je récupère des RTT, je reviens seulement le 31 décembre et puis voilà c’est fini.

Je suis contente de partir dans un nouveau service.  Mais je dois avouer que ce qui prédomine aujourd’hui c’est de l’appréhension pour le nouveau service et aussi beaucoup de tristesse de quitter une équipe, des patients et leurs familles. J’ai commencé à le dire à certaines familles et certains patients.

Je n’aime pas les départs mais voilà c’est comme ca, il faut apprendre de nouvelles choses…

28 novembre 2011

Venir en aide.  Je suis infirmière, mon travail en partie consiste à venir en aide à mes patients. Mais hier je suis venue en aide au mari d’une patiente. Ce monsieur assez âgé, qui semble t-il avait des problèmes d’orientations déjà, m’a appelé tot le matin dans mon service. Il voulait savoir si sa femme etait toujours hospitalisée chez nous, qu’il n’avait pas de nouvelles d’elle. Ses propos étaient confus, il me dit après avoir été dans le coma 24h, avoir eu des visions…Bref il semblait en grande difficulté et potentiellement en danger.  N’ayant aucune personne a joindre de sa famille, pas de médecin traitant ni assistante sociale joignable un dimanche, j’ai appelé les pompiers. Je n’ai pas reellement eu d’infos sur les actions immediates des pompiers, mais j’ai appris aujourd’hui qu’il avait été emmené aux urgences et hospitalisé en médecine..

24 novembre 2011

Cette femme est venue chercher les vetements pour son mari qui est décédé il y a quelques jours. Elle a demandée à me voir particulièrement. Elle voulait en fait me remercier personnellement pour mon travail, elle m’a pris les mains et m’a remerciée chaleureusement et sincèrement. Elle m’a répétée plusieurs fois que je l’avait beaucoup aidée ces derniers jours alors que son mari était en train de mourir.

Cela fait vraiment plaisir de recevoir des compliments qui nous sont particulièrement attribués, c’est important d’avoir des retours positifs de notre travail, et c’est pour des moments comme ceux là qu’on a envie encore plus de donner le meilleur de soi.

14 novembre 2011

Il y a des journées où on ressort du travail en étant satisfait du travail que l’on a réalisé. Et bien c’est le cas aujourd’hui. Il y avait beaucoup de soins à faire et pour certains des soins que l’on ne fait pas tous les jours en gériatrie. Plusieurs patients ne vont pas très bien et donc la charge de travail augmente. Il faut prioriser, s’organiser et être dynamique ! Et lorsqu’à la fin de la journée les objectifs sont remplis, et bien on est content de nous…

Cependant après une journée d’intense travail, il est difficile de ralentir l’activité cérébral et retrouver un apaisement…

12 novembre 2011

Bientôt notre service changera de médecin pour la prise en charge médical..c’est un peu une surprise. Car ce n’est pas vraiment prévu. Pour nous, les patients, les familles et surtout pour notre médecin. Tout s’est fait très vite, elle l’a appris tout récemment, a du prendre une décision vite mais voilà à prioris elle n’a pas eu vraiment le choix de partir.

Le monde de l’hôpital est parfois très particulier. On est là, tant mieux, on rend service et puis quand on a plus besoin de nous et bien on nous jette ou on nous met ailleurs. Des pions voilà ce que l’on est..alors notre médecin était un peu triste de devoir partir si vite. Et j’avoue que je l’aimais bien, elle a toujours été à l’écoute, agréable, toujours acceptant de nous expliquer et apprendre des choses. Bon voilà c’est comme ca, encore du changement..

Pourvu que tout ces choix apporte au moins quelque chose aux patients…

9 novembre 2011

A voir, enquête de santé du 8 novembre 2011 sur la 5 consacré au blues des infirmières…

12345...18